faq

Notre infothèque propose des informations intéressantes et tout ce qu'il faut savoir autour du thème textiles usagés. Jetez un coup d'œil !

Pourquoi les vêtements usagés sont-ils si importants ?

Les vêtements usagés sont pour nous une matière première (...) plus

qui doit rester le plus longtemps possible dans le circuit des textiles. C'est lors de l'analyse du procédé de fabrication que cette nécessité absolue est démontrée. Pour la production d'un tee-shirt par exemple, on a besoin de la matière naturelle qu'est le coton. Pour la culture du coton, il faut défricher des terrains ; les plantes cotonnières doivent être arrosées et fertilisées, puis traitées avec des produits phytopharmaceutiques et protégées des insectes nuisibles à l'aide de pesticides.

Après la récolte, on utilise des produits chimiques pour traiter le coton brut et pendant la fabrication de vêtements, il faut recourir de nouveau à des produits chimiques, pour teindre les vêtements et améliorer la matière pour son confort à l'usage.
Pour la seule fabrication d'un tee-shirt, on utilise au total plus de 2 000 litres d'eau et pour un jeans plus de 5 000 litres, auxquels il faut ajouter le transport, de la fabrication au consommateur, qui se chiffe à plusieurs milliers de kilomètres, ce qui augmente les rejets de CO2.
Ensuite, le vêtement est porté pendant quelques mois, il est trié, mis à la poubelle puis détruit. Les décharges débordent et l'incinération produit des vapeurs hautement toxiques.  Des vêtements neufs sont nécessaires, si bien que le cycle se répète – car chaque Allemand achète en moyenne plus de 20 kilos de textiles par an.
Pour interrompre ce cycle et conserver les matières premières dans le circuit, le groupe SOEX confère une seconde vie aux textiles usagés. Les ressources sont ménagées et les déchets sont évités. Par conséquent, le groupe SOEX apporte une contribution durable pour la préservation de l'environnement.

Comment les vêtements usagés parviennent-ils au groupe SOEX ?

SOEX achète les vêtements usagés auprès de différents partenaires (...) plus

suivant les directives légales en vigueur. Les principales quantités de vêtements usagés sont collectées par les filiales EFIBA et Retextil.
Il est important pour nous de préciser que nous veillons à ce que nos partenaires  respectent strictement les prescriptions juridiques et réglementaires – dans toutes les phases de la collecte, du triage, du recyclage et de la valorisation des textiles usagés.

Comment puis-je savoir s'il s'agit d'une collecte légale ou d'une collecte de caritative fictive ?

Les personnes chargées de la collecte caritative fictive (...) plus

se font passer souvent pour une œuvre caritative ou ne précisent aucune fin de la collecte. Souvent, des conteneurs munis par ex. de logos caritatifs fictifs et sans autorisation sont mis à disposition. Pour le citoyen, il est souvent impossible de savoir s'il s'agit d'une collecte légale ou illégale.
Un certain scepticisme est de mise, si vous trouvez un tract dans votre boîte à lettres ou un panier de collecte devant votre porte, comportant seulement un numéro de portable et si l'adresse complète de l'organisation responsable manque. Souvent, des symboles ressemblant à ceux des organisations caritatives sont utilisés. Cela concerne également les conteneurs mis à disposition de manière illégale.
Outre, la confusion du donneur, le devenir de la marchandise collectée et le type de valorisation sont souvent flous. Dans ces cas-là, il est impossible de savoir si la recette est transmise en bonne et due forme à une organisation caritative ou si les vêtements usagés sont réutilisés dans les règles.
SOEX travaille intensivement avec la Fédération allemande des matières secondaires et du traitement des déchets pour une stratégie visant à lutter contre la mise à disposition illégale de conteneurs et la collecte illicite de vêtements usagés.

Que puis-je faire, si j'estime qu'il s'agit d'une collecte caritative fictive ?

Veuillez conserver le trac ou notez l'adresse du conteneur (...) plus

mis à disposition illégalement et contactez votre Bureau de Police Administrative compétent.
Pour vérifier, si l'organisation, pour laquelle la collecte est réalisée, existe réellement, vous pouvez faire des recherches sur le portail du registre.
Si vous êtes incertain, ne donnez aucun vêtement usagé, mais informez-vous par exemple sur lieu où se trouvent les conteneurs de collecte de la Croix-Rouge. 

Mon don détruit-il l'industrie textile à l'étranger ?

Bien que la valorisation conforme de textiles usagés (...) plus

représente une contribution remarquable pour la préservation de l'environnement et des ressources, les médias ont souvent publié des informations négatives dans le passé et ont affirmé à plusieurs reprises que les exportations de textiles usagés détruisaient les industries textiles dans les pays en développement et émergents.
Il est vrai que dans de nombreux pays, l'industrie textile locale s'est effondrée ; néanmoins, une déclaration applicable à tous les pays d'exportation est difficile, étant donné que les développements dans chaque pays se sont déroulés différemment. De manière générale, il apparaît qu'une interaction de plusieurs causes en serait à l'origine.
- Accord commercial international : Des accords globaux en vigueur, tels que l'Accord Multi-fibre (1974), l'Accord sur les textiles et les vêtements (1995) et l'African Growth and Opportunity Act (2000) ont influencé le développement et la répartition de l'industrie textile à l'échelle mondiale. Sans ces accords, l'industrie textile n'aurait jamais vu le jour dans certains pays, car les conditions requises n'existaient pas. Après l'expiration de ces accords, l'industrie textile, elle aussi, a disparu – indépendamment de l'importation de vêtements usagés.
-Transfert de l'industrie textile sur le territoire asiatique : Au cours des dernières décennies, un transfert marqué de l'industrie textile sur le territoire asiatique a eu lieu. La production étant plus avantageuse ailleurs, des centaines de milliers d'emplois ont été supprimés dans ce secteur. Non seulement en Allemagne, en Grande-Bretagne et aux États-Unis, mais aussi en Afrique. En outre, les textiles asiatiques sont moins chers et refoulent les produits locaux.
-Causes générales : Souvent, des droits de propriété incertains, une instabilité macroéconomique, la corruption, des interventions étatiques dans des entreprises privées, une productivité insuffisante, des machines vétustes, des risques politiques et des infrastructures manquantes ont influencé le déclin.
Une déclaration du gouvernement fédéral  a clairement révélé que l'industrie textile s'était déjà effondrée avant le début des importations et que malgré ces importations, l'industrie textile dans certains pays africains tels que la Tunisie a augmenté et ne cesse de croître. En outre, nombreuses sont les personnes qui grâce aux importations ont trouvé une possibilité d'exercer une activité professionnelle dans les pays destinataires.Les États font recette en raison des droits de douane élevés sur les importations.
Si vous souhaitez en savoir davantage sur ce thème : dans le livre « Les aventures d'un tee-shirt dans l'économie globalisée°» de Pietra Rivoli, vous pourrez vous informer concrètement et de manière plus détaillée.

Pourquoi mon don n'est-il pas distribué gratuitement à des personnes dans le besoin, mais devient une marchandise destinée à la vente ?

Chaque année, plus de 700 000 tonnes de vêtements usagés (...) plus

sont données en Allemagne. Cependant, la quantité des dons dépasse de loin les besoins en Allemagne comme dans les régions en crise. C'est pourquoi, en Allemagne, les dépôts de vêtements d'occasion pour les personnes nécessiteuses ne sont approvisionnés qu'avec une partie de ces vêtements.
Pour éviter que le reste soit jeté à la poubelle et pour que votre don ait malgré tout un effet bénéfique, celui-ci est transformé en un don pécuniaire grâce à la vente des produits à un recycleur textiles professionnel tel que SOEX.
Les organisations caritatives reçoivent une somme d'argent pour chaque kilo qu'elles emploient par ailleurs dans le travail social d'intérêt collectif. En cas de situations d'urgence, ces fonds permettent d'acheter sur place des vêtements, des couvertures, etc., car les coûts de transport à partir de l'Allemagne sont trop élevés.
Les organisations caritatives ne disposent pas en outre du savoir-faire et des capacités pour le triage et la valorisation permettant de traiter en bonne et due forme les vêtements usagés et ont besoin de coopérer avec des recycleurs textiles professionnels. Un exemple : une personne qualifiée dans le triage bénéficie d'une formation de plus de 3 mois avant qu'elle puisse être employée complètement dans un secteur de triage.

Que fait-on avec les vêtements usagés lorsqu'ils arrivent chez SOEX ?

Notre philosophie est zéro déchet (= aucun déchet). (...) plus

Rien n'est séparé ; nous trions jusqu'à ce que tout soit réparti. C'est la raison pour laquelle les vêtements usagés collectés sont transportés à notre usine de Wolfen. L'usine est certifiée conforme à la norme DIN-EN-ISO 9001 : 2008 pour le triage et le recyclage en tant qu'entreprise spécialisée dans la gestion des déchets  – en d'autres termes : ici, on a à faire à des spécialistes. Ils analysent les vêtements usagés selon 350 critères au maximum et font le tri en respectant la hiérarchie européenne sur les déchets comme indiqué par l'illustration.
L'objectif prioritaire est la prévention des déchets ; c'est pourquoi les vêtements encore utilisables sont revendus dans plus de 90 pays du monde entier. Les vêtements retrouvent une seconde vie, les ressources sont ménagées et l'impact sur l'environnement est réduit.
Ce qui ne peut plus être porté, est transformé en chiffons ou en isolants et matériaux d'isolation dans notre propre installation de recyclage. Même les poussières produites pendant la fabrication des matériaux d'isolation sont pressées sous forme de briquettes et utilisées dans l'industrie du papier. 
Ces efforts nous ont permis de réduire davantage la partie de déchets.
Nous éliminons dans les règles tout ce qui ne peut pas être réutilisé ou recyclé.

Les conteneurs de collecte ne contiennent-ils que des vêtements usagés ?

Non. Nos employés doivent constamment trier des ordures ménagères (...) plus

ou des déchets électroniques. En 2011, on a eu pas moins de 30 tonnes de déchets électroniques ! Bien entendu, ils ne sont pas vendus mais éliminés dans les règles de l'art.
De temps en temps, parmi cela, il y a des objets particulièrement curieux. Certains de nos collègues affirment : « Il n'y a rien que nous n'avons pas encore trouvé. » Le plus original que nous ayons trouvé fut une tortue. Celle-ci vit encore chez une collègue et a entre-temps bien digéré le choc.

Que faut-il mettre dans la collecte de vêtements usagés ?

De manière générale, il faut savoir que : tout ce qui peut être encore porté, (...) plus

peut être déposé dans la collecte. Cela concerne :

- Vêtements pour hommes, femmes, enfants, bébés
- Sous-vêtements
- Chaussures - attachées par paire
- Jouets souples tels que des animaux en peluche 
- Sacs à main, porte-monnaie

- Linge de maison : serviettes, nappes, linge de lit, rideaux

- Couettes (pas de mousse)

Que faut-il ne pas mettre dans la collecte de vêtements usagés ? 



Les articles suivants doivent être éliminés de préférence dans (...) plus

les ordures ménagères ou au centre de collecte correspondant :

- Textiles mouillés, endommagés ou très sales tels que des vêtements utilisés lors d'une remise à neuf

- Chaussure individuelle, chaussures endommagées, chaussures de ski, bottes de caoutchouc, bottes d'armée ainsi que des chaussures orthopédiques
- Tapis, matelas, tapis de caoutchouc- Jouets durs 
- Articles ménagers et autres objets d'usage courant 
- Appareils électriques, chiffons et autre ordure

Que puis-je faire en tant que particulier pour une gestion écologique des vêtements ?

La consommation de vêtements a beaucoup changé au cours (...) plus

des dernières décennies. Ainsi, les cycles de la mode se sont fortement raccourcis, pour accélérer la consommation des clients. On estime que chaque Allemand achète plus de 20 kg de vêtements par an – cela prend de la place dans l'armoire. Étant donné que le budget de chacun n'a pas augmenté contrairement à la quantité, on se rabat souvent sur des alternatives bon marché qui sont de qualité inférieure. En d'autres termes : la fabrication de ces marchandises absorbe de nombreuses ressources – la durée de vie des textiles est cependant moins longue.
Veillez à la qualité et à la composition de vos vêtements lors de l'achat. Plus le vêtement est utilisé, plus la consommation d'eau, de coton, etc. lors de la fabrication est rentable. En outre, il est plus simple de recycler un vêtement qui se compose d'une seule matière par exemple un tee-shirt 100 % coton.
Renoncez au sèche-linge après le lavage ; laissez sécher vos vêtements à l'air.
Réfléchissez si le repassage est nécessaire – cela consomme également beaucoup de courant.
Achetez vos vêtements au marché aux puces ou dans des magasins de vêtements d'occasion. Cela préserve les ressources. Vous trouverez nos magasins ici.
Et: Ne jetez pas de vêtement encore utilisable dans les ordures ménagères.